Une Désalpe particulière - Alpkäse

Une Désalpe particulière

Cette année, la désalpe fût particulièrement spéciale autant pour les vaches que pour nous!

Ce n’est pas souvent qu’il y a 20 centimètres de neige à notre départ … Nous avons dû mettre quelques habits de plus pour tenir dans ces températures hivernales. Mais ce n’est pas un peu de neige qui va arrêter cette tradition.

La désalpe: une affaire de lève-tôt

Les préparatifs commencent déjà bien avant le jour-j. Il faut couper les branches pour les décorations des vaches qui n’ont pas de cornes, rechercher de jolis sapelots pour la confection des décorations des meneuses. Cette année, c’est la première fois que nous avons fait des décorations en fleurs naturelles comme montre l’image à coté. Nous en sommes très fiers.

Les reines du jour

Avant le grand départ, toutes les vaches sont lavées deux fois. La veille, il s’agit d’un gros lavage et le jour même, plutôt un rinçage assez rapide. Puis, on leur attribue une sonnaille ou une cloche, cela dépend de leur taille de cou ou de nos envies. Toutes les vaches ont quelque chose autour du cou. Aucune ne part sans décorations.

Chaque vache a le droit d’avoir une décoration. Pour la plupart, il s’agit de branches avec 3 fleurs de papier comme sur l’image et pour 12 d’entre elles, un sapelot tenu par les cornes. Les vaches à cornes héritent de ces plus grosses décorations car c’est plus simple de les faire tenir.

Mais pas de jalousie entre elle, elles sont toutes traitées comme les reines de cette journée quelque soit leur décoration.

Une descente dans la vallée émouvante

Les vaches décorées, les hommes et les femmes habillés, nous sommes prêt pour le départ.

Nous ne remarquons pas spécialement le froid car l’adrénaline prend le dessus. C’est un moment riche en émotions qui marque la fin d’un été.

Les vaches marchent avec fière allure et sont prêtes à passer à Charmey, lieu emblématique de la Désalpe

La fin d’un chapitre

Nous voici arrivés à Villarbeney. Les vaches sont contentes de retrouver un pré et de pouvoir brouter quelques brins d’herbe ou se reposer. Chaque propriétaire vient chercher ses animaux et rentre chez lui. Pour certain, jeep et caisse à bétail suffisent, mais pour d’autres, il faut voir plus gros: un camion remorque. Tout dépend du nombre de vaches qu’on mit les propriétaires en estivage.

C’est à ce moment que pour nous, Armailllis, l’estivage se termine et une page se tourne…